Association des professeurs documentalistes de l’Education nationale
Académie de Lyon
Vous êtes ici : Accueil » Actualités » Compte rendu de l’AG 2022

Compte rendu de l’AG 2022

D 6 décembre 2021     A Bureau de l’APDEN Lyon    


agrandir

L’Assemblée générale a réuni six professeurs documentalistes, ce qui est malheureusement peu. Si le contexte sanitaire peut expliquer ce nombre, ainsi qu’une annonce tardive de la date, nous espérons que rapidement l’engagement dans l’association professionnelle académique reprenne, notamment pour un renouvellement du bureau et l’organisation d’événements.

Après une présentation de chacun, un premier temps d’échange a permis de faire le point essentiellement sur trois sujets. Du fait de la présence d’une professeure documentaliste stagiaire, nous avons ainsi pu discuter de la situation actuelle, au gré des réformes, sur les différences entre Master 1 et Master 2, MEEF Documentation, sur la place du concours dans ces deux années. Ce fut aussi l’occasion de faire le point sur la constitution de l’équipe de formatrices et formateurs dans l’académie de Lyon.

Nous avons fait un point sur les formations académiques. Nous regrettons toujours l’absence de dynamique et de travail de cohésion des formations, avec une approche par la DANE et par des offres individuelles. On voit toujours que les descriptifs des formations sont très vagues bien souvent, notamment sur l’EMI. On se doit encore de poser la question du levier des réunions de bassin comme lieu de formation, à condition d’une rémunération correcte des coordonnateurs.

Rapport de la Cour des comptes

sur « la formation à la citoyenneté »

L’actualité du rapport de la Cour des comptes sur « la formation à la citoyenneté » a conduit à des échanges sur la situation de la profession et sur les différents éléments que pointe ce rapport.

Ainsi ce rapport montre d’abord la difficulté à cerner ce qu’est la citoyenneté selon l’Education nationale, ce qu’elle recouvre et comment elle prend forme dans les programmes. Le « parcours citoyen » apparaît comme un dispositif insuffisant, « bridé par de nombreux freins », avec des approches insuffisantes en matière d’horaires et de connaissances, avec une organisation scolaire qui, dans sa globalité, peut empêcher le développement de ces domaines. Le Cour des comptes reproche un empilement de dispositifs, sans coordinations suffisantes, sans véritables objectifs et sans estimation suffisante des coûts impliqués.

Pour ce qui concerne l’Éducation nationale, le rapport souhaite un renforcement de la place du parcours citoyen, de l’enseignement moral et civique (EMC) et l’éducation aux médias et à l’information (EMI), dans la formation initiale de tous les enseignants. C’est un souhait qui a déjà été formulé par le passé, encore faut-il voir si c’est possible, au regard de la place prise par les contenus disciplinaires dans la préparation des concours, dans les formations. Il est à noter aussi la difficulté à mettre en place des formations communes avec de futurs enseignants de différentes disciplines, afin d’apprendre à travailler ensemble sur certains domaines. Les auteurs regrettent l’absence d’évaluation dans ces domaines, leur absence dans les programmes, avec un regard extérieur de leur part qui leur permet d’écrire les choses simplement : cet enseignement, en somme, leur paraît comme inexistant à de rares exceptions près d’équipes motivées ou d’enseignants qui, isolés, portent ce travail localement.

On lit que les professeurs documentalistes sont trop peu sollicités, alors qu’ils ont reçu une formation initiale adaptée. Selon leur enquête, ils interviennent en EMI pour 4,5 heures par semaine. Si l’on se rappelle l’enquête, via Sphinx, beaucoup de collègues n’ont pas pris au sérieux le courriel qui leur avait été envoyé, sans relai suffisant sans doute de la part de l’institution, avec seulement un peu plus de 1 000 professeurs documentalistes à avoir répondu. Par ailleurs les auteurs du rapport n’ont pas regardé d’autre enquête et n’ont pas fait de différence, dans le rapport en tout cas, entre le nombre d’heures en collège et en lycée. Pourtant les enquêtes de l’APDEN comptaient une moyenne d’environ 7 heures de séances, avec une baisse récente liée notamment au fait de la réforme du lycée, avec la suppression des TPE et des enseignements exploratoires. C’est un problème dans ce rapport dans le sens où la prospective de la Cour des comptes se base sur 4,5 heures seulement, sans estimer qu’on pourrait demander davantage aux professeurs documentaliste, avec une base de 7 heures qui est loin d’être absurde.

Concernant le nombre d’heures, les auteurs de la Cour des comptes font une lecture non alambiquée du décret sur le service des professeurs documentalistes : chaque heure d’enseignement compte deux heures de service, et le « parcours citoyen » comme l’EMI sont bien des heures d’enseignement selon la loi, selon la Cour des comptes. Mais les auteurs estiment que ce service doit être clarifié, comme il n’est pas appliqué, sans toutefois donner de précisions sur ce qu’ils entendent par là, et malheureusement sans jamais évoquer l’idée de recruter un personnel spécifique pour permettre le fonctionnement du CDI avec une fermeture logique associée à la mise en œuvre d’heures d’enseignement.

On comprend entre les lignes que les auteurs souhaitent un enseignement plus pérenne, sans s’en tenir à des événements comme la Semaine de la presse et des médias, comme lit-on, « on peut s’interroger sur la place de ces coups de projecteur épisodiques par rapport aux apprentissages dans la durée. »

A noter, l’académie de Lyon fait partie des académies sollicités pour les observations et rencontres, avec les académies de Martinique, Montpellier et Versailles. Six établissements ont été visités, et il peut être intéressant d’avoir un retour des collègues concernés à ce sujet, de même que de la part des inspecteurs académiques.

Le rapport financier a été voté, avec une situation correcte pour l’APDEN Lyon, qui permet d’envisager sereinement l’organisation d’un événement associatif académique dès que les conditions le permettront.

Le rapport d’activités a également été voté, présenté ci-dessous, ainsi que le rapport moral.

Rapport d’activités

En 2021, l’activité de l’association a été relativement faible au niveau académique, principalement du fait de la crise sanitaire qui s’est poursuivie pendant toute l’année scolaire. D’autre part, deux membres du bureau académique sur cinq sont membres du Bureau national de l’APDEN, ce qui explique un report des énergies au niveau national, avec le besoin de davantage de forces vives au niveau académique. En dehors des travaux communs au bureau national, ils s’occupent plus spécifiquement des relations internationales de l’APDEN, du Wikinotions Infodoc et du dossier PIX. Au niveau national, malgré le contexte sanitaire le bureau national a été renouvelé et a pu reprendre en charge les dossiers institutionnels et associatifs.

Avec un nombre d’adhérents en hausse en cette année 2021, ce renouvellement du bureau académique doit être possible, même si les circonstances n’aident pas, sans possibilité de réunion en présentiel pendant plusieurs mois, en raison des nombreuses contraintes sanitaires. On compte 40 adhérents en 2021 (avec 28 renouvellements et 12 nouveaux adhérents), soit 6 adhérents de plus qu’en 2020. Sur dix ans, la moyenne est de 34,6 adhérents. Mais en dehors de cette stabilité, le bureau académique, lui, est en plus grande difficulté.

Le bureau académique ne s’est pas réuni cette année en présentiel et a échangé essentiellement à distance par courriels.

Nous avons par ailleurs participé à trois réunions du groupe ressources en documentation (GRD) en visioconférences et en présentiel. Ainsi, Sophie Benzina a participé à la réunion du 3 février 2021, Florian Reynaud et Sophie Benzina à celle du 3 mars 2021 et Sophie Benzina et Fanny Manaudou à celle du 20 mai 2021. Ces trois réunions ont permis d’aborder des points tels que le fonctionnement des CDI pendant la période de confinement, la place des professeurs documentalistes dans PIX, le point sur les formations PAF 2020/2021 ainsi que la préparation du PAF 2021/2022, la participation aux travaux des TRAAM (dossier déposé pour 2021/2022) ou encore la prochaine journée académique. Mr George a été remplacé par Mme Benucci en septembre 2020, qui sera en charge du dossier Documentation dans l’équipe des IPR-EVS.

Le 27 janvier 2021 nous avons pu rencontrer l’équipe des inspectrices, Mme Beaulieu, Mme Alt et Mme Benucci, afin d’échanger sur plusieurs dossiers, le bureau académique étant représenté par Valérie Glass, présidente, et Florian Reynaud, vice-président. Cinq points ont été abordés : les formations, la rentrée de l’inspection, les professeurs documentalistes dans l’académie, la fonction de professeur principal et le décompte horaire et la prime informatique.

Nous n’avons pas organisé de journée associative académique cette année principalement en raison du contexte sanitaire qui n’a pas permis d’organiser des rassemblements.

Pour la communication web, seuls deux articles ont été publiés en cette année 2021, l’un pour faire part de la discrimination des professeurs documentalistes exclus de la prime informatique de 150 euros, l’autre pour rendre compte de la rencontre avec les trois inspectrices EVS. On compte 1027 visites par mois en moyenne en 2021 sur le site web (entre janvier et novembre), contre 1094 en 2020, 955 en 2019 et 769 en 2018. C’est une stagnation logique, sans publications. Il y a du travail à effectuer, au niveau académique, pour des supports de formation, dans une action associative, collective, en complément du site officiel EspaceDocWeb. Ce n’est possible qu’avec un renouvellement du bureau académique.

Dans un contexte sanitaire incertain nous n’avons pas pu organiser d’assemblée générale en présentiel dans un lieu culturel mais dans une salle de réunion à l’annexe de la mairie du 5ème arrondissement.

Rapport moral

2021 peut être considérée comme une année particulière pour la profession, dans un contexte sanitaire difficile qui n’a pas permis de rassemblements de la profession en présentiel, que ce soit par des journées professionnelles, des formations ou encore des réunions de bassins.

Tout d’abord, la période post-confinement 2020 s’est prolongée pendant l’année scolaire, avec des arrêts et reprises, liés à la crise sanitaire et à la mise en place de différents protocoles sanitaires et confinements partiels. Malgré une reprise en présentiel en début d’année, la mise en place du distanciel, a mis à mal le rôle pédagogique des professeurs documentalistes dans certains établissements.

Au niveau national, le début de l’année 2021 a été marqué par le décret sur la prime informatique de 150 euros, octroyée à tous les enseignants suite à la crise sanitaire, et dont ont été exclus les professeurs documentalistes. Le bureau national, déjà engagé dans la lutte contre les inégalités de traitement que subissent les professeurs documentalistes, s’est saisi de cette discrimination supplémentaire, pour rencontrer en audience la DGRH, le Cabinet du Ministre ainsi que l’Inspection Générale. De plus, l’APDEN a été reçu par la DGESCO pour aborder la place des professeurs documentalistes dans la mise en place de l’EMI, suite aux mesures annoncées par le ministre quant au renforcement de celle-ci. Le bureau national a pu participer aux travaux d’un groupe de travail coordonné par Serge Barbet, directeur du CLEMI, qui a donné lieu à un rapport au ministre. Enfin, les convocations aux épreuves du Grand Oral en cette fin d’année scolaire ont questionné la place des professeurs documentalistes dans cette nouvelle épreuve du baccalauréat. Ces différents dossiers seront très certainement à poursuivre en 2022.

Au niveau académique, les relations avec le corps d’inspection ont été poursuivies, le bureau académique a pu prendre part aux réunions du Groupe Ressources Documentation (GRD) et rencontrer les trois inspectrices EVS en janvier 2021. Toutefois la situation académique évolue peu pour la profession. Cette équipe a été encore renouvelée en septembre 2021 avec le départ à la retraite de Mme Alt, et par l’arrivée de deux nouveaux inspecteurs, MM. Camet et Durand.
Il serait donc important que le nouveau bureau envisage de nouveau des demandes d’audience en 2022 pour rencontrer cette nouvelle équipe, si le contexte sanitaire le permet.

Nous n’avons pas eu d’échanges avec l’INSPE, malgré nos sollicitations, ce qui ne permet pas de présenter l’association aux étudiants de Master qui seront de nouveaux entrants dans la profession.

Concernant la collaboration avec l’ENSSIB, l’APDEN a été sollicitée au niveau national pour participer à la troisième journée d’étude organisée sur l’EMI, intitulée « Comment éduquer et accompagner les adolescents et les jeunes adultes dans l’univers médiatique contemporain pour les aider à grandir ? ». On ne peut qu’espérer que 2022 permettra de reprendre et de poursuivre les échanges avec ces deux structures.

Au niveau associatif, malgré un renouvellement du bureau académique en 2021, le faible nombre de membres ne permet pas de s’engager dans beaucoup de dossiers, ce qui pourtant n’a pas enrayé le nombre d’adhérents cette année.
Souhaitons que la crise sanitaire soit vite derrière nous et que nous puissions reprendre notre activité associative normalement.

Election du bureau académique

Le bureau est enfin renouvelé pour l’année 2022 avec Valérie Glass présidente, Florian Reynaud vice-président, Sophie Benzina trésorière, Séverine Sadones secrétaire.

Dans la même rubrique

8 décembre 2020 – Prime informatique : les profs docs discriminés

23 novembre 2020 – Compte rendu de l’AG 2021

15 avril 2020 – Appel d’offres PAF 2020/2021

27 janvier 2020 – Une abusive entrée en GAR

9 décembre 2019 – Compte rendu de l’AG 2020

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Adhésion à l'APDEN Lyon

Voici le bulletin d’adhésion pour l’année 2022 à l’A.P.D.E.N. Lyon (ex ABDEN). L’adhésion à l’association académique comprend le statut de membre actif de l’association dans l’académie, l’inscription aux listes académique et nationale de diffusion de l’APDEN Lyon et de l’APDEN, l’abonnement à la revue professionnelle Médiadoc, l’accès aux offres de nos partenaires.

Bulletin d’adhésion 2022 (public)

Pour les renouvellements, nous vous conseillons de télécharger votre bulletin pré-rempli sur la plateforme nationale membres.apden.org


Rechercher



Nouveautés sur le Web

1 | 2